Bilan des principales activités menées d’octobre 2016 à août 2017 et les perspectives pour 2018

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Actions du Gouvernement au cours de la période allant du mois d’octobre 2016 au mois d’août 2017,

les principales activités du département en charge des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine ont été menées conformément à la vision des plus hautes autorités de la République qui consiste à promouvoir une diaspora respectée, et acteur du développement de la Nation.

Ainsi :

  1. I.                  Au plan institutionnel

 

La période sous revue a été marquée par la relecture et l’adoption des textes législatifs et règlementaires des structures du ministère, notamment la Délégation Générale des Maliens de l’Extérieur et ses services déconcentrées au niveau local (Antennes) et la Cellule Technique du Codéveloppement, en vue de les adapter au mieux aux missions assignées au département en matière de gestion de la migration et des maliens de l’extérieur.

 

  1. II.                Dans le domaine de la promotion des intérêts  et la protection des  maliens de l’extérieur

2.1.            Assistance et protection des maliens de l’extérieur

Au cours de la période sous revue, le Ministère des Maliens de l’Extérieur a mené beaucoup de déplacements dans les pays à forte concentration de nos compatriotes. Ils se rapportent à des missions d’assistance (juridique, matérielle, etc.) et de protection  (échanges et renforcement de coopération en matière de migration) de nos compatriotes établis à l’étranger d’une part, et d’autre part d’appui aux efforts de nos missions diplomatiques et consulaires. Ces missions se sont déroulées dans des pays notamment en Afrique (Ouest, Centre, Nord),  en Europe, en Asie et en Amérique.

Elles ont permis, d’une part de permettre la remise en liberté de plus de 200 maliens retenus dans les centres de détention (principalement en Libye, au Sénégal et en Mauritanie), et d’autre part, d’apporter un appui financier et moral à certains de nos compatriotes en situation de détresse (incendies de marché, saccages de biens causés par les populations autochtones et autres calamités). Elles ont permis aussi la sensibilisation des autorités des pays d’accueil à une gestion concertée et humaine des questions migratoires. 

Aussi, plus de 21.816 maliens ont été assistés à travers les bureaux d’accueil, d’information et d’orientation des maliens de l’extérieur dans les aéroports et gares routières du Mali.

En outre, le Ministre des Maliens de l’Extérieur a participé aux missions des  délégations présidentielles pour les visites et investitures des Chefs d’Etats, d’une part et d’autre part représenté le Président de la République aux Sommets et Conférences Internationaux.  

 

2.2.            Suivi de rapatriement des maliens de l’extérieur

En 2016, concernant les opérations de rapatriement des Maliens de l’Extérieur  expulsés ou refoulés, elles ont été organisées avec diligence : le Gabon (220), la Libye (551), Mauritanie (269), Algérie  (728).

2.3     Suivi des activités du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur

 

La période a été marquée  par la tenue, à Bamako de plusieurs rencontres de la diaspora malienne. Il s’agit de (i) Tenues des Sessions ordinaires des Conseils d’administration du HCME, (ii) Tenue de la 6ème Conférence ordinaire du HCME et (iii) Premier Forum des Femmes de la Diaspora malienne, (iv) suivi des missions de renouvellement des bureau des Conseil de Base des Maliens de l’Extérieur (Guinée et Mauritanie).

 

2.4    Approvisionnement des Ambassades et Consulats en pièces consulaires.

 

La mise à disposition de passeports et de cartes d’identité consulaire aux maliens de l’extérieur contribue d’une part à leur protection et quiétude et d’autre part à l’instauration d’un climat social apaisé dans leurs lieux de résidence. En 2016, les demandes de passeports reçues étaient de 8515. Les passeports établis ont été de 19 120. Quant aux cartes d’identité consulaires, les demandes reçues sont de 181 708 contre 73 200 CIC transmises. Les demandes de documents n’ont pas été traitées dans les délais prévisionnels, ce retard s’explique par  de la rupture de stocks  des documents de voyage (Passeports et Cartes d’Identité Consulaires), le basculement vers la biométrie et la lenteur dans l’acheminement.

 

2.5    Promotion  des maliens de l’extérieur et réalisation d’études 

 

En 2016, beaucoup d’efforts ont été déployés pour la protection des Maliens de l’Extérieur notamment :

  • la construction du siège du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur ;
  • l’élaboration du guide des Maliens de l’Extérieur (2000 exemplaires) ;
  • la conclusion du  marché relatif aux travaux de  construction de la Cité des Maliens de l’Extérieur, et le démarrage des  en décembre 2016  et la réception provisoire du bâtiment en juillet 2017;
  • la réalisation de l’étude pour création d’une banque des Maliens de l’Extérieur ;
  • Lacement des offres « BDM-DIASPORA » ;
  • Appui à la recherche de parcelles à usage d’habitation pour la diaspora ;
  • Appui à la réalisation de la cité des maliens des Etats Unis d’Amérique..

 

2.6      Réinsertion des maliens de l’extérieur

 

Sur la période, les principales activités ont porté sur  264 projets pour un montant total de 901 304 460 FCFA reparti comme suit:

  • ·      Mission conjointe avec l’OFII sur la sélection des projets portés par des migrants de retour de la France et leur suivi-évaluation. Au total 128 projets ont été financés pour un montant de 300 601 889 FCFA ;
  • ·      9 projets financés par la Cellule Technique du Codéveloppement pour un montant de 410 702 571 FCFA
  • 127 projets d’insertion et réinsertion dans le circuit de production financés sur le budget spécial d’investissement (B.S.I.) au profit des migrants de retour (formation et équipements en kits des femmes et jeunes) pour un montant de 190 000 000 FCFA.  

La mise en œuvre de ces projets a permis la création de près de 800 emplois.

 

  1. III.               Dans le domaine de la gestion de la migration

 

L’environnement international de la migration a été particulièrement difficile pour les Maliens de l’Extérieur, en raison des évènements de la Libye et surtout des naufrages sur la méditerranée qui ont endeuillés beaucoup de familles maliennes et de la grande crise migratoire mondiale de 2015. Face aux défis actuels de la migration, le département a multiplié les initiatives capables d’apporter des solutions adaptées et coordonnées permettant de mieux gérer le phénomène. C’est dans ce cadre que la Politique Nationale de Migration (PONAM) a été élaborée et adoptée par le Gouvernement, le 3 septembre 2014, avec un plan d’actions évalué à 120 000 000 000 FCFA sur cinq ans.

 

3.1    Mise en œuvre de la Politique Nationale de Migration (PONAM)

 

Dans le cadre de la mise en oeuvre de la Politique Nationale de Migration et de son Plan d’Actions, les activités suivantes ont été menées (i) Formalisation du cadre institutionnel de suivi de la mise en œuvre de la PONAM, (ii) Acquisition de financement pour trois (3) projets majeurs du département dans le cadre de la mise du plan d’actions de la PONAM pour un montant total de 21 000 000 euros soit 13 775 000 000 FCFA, (iii) Conventions de financement de projets en rapport avec la migration, signées entre le Mali et l’Union Européenne dans le cadre de la mise en place du Fonds Fiduciaire d’Urgence après le Sommet de la Valette (Malte) pour un montant total de   146 450 895 549 FCFA soit 99 427 491 070 FCFA  (projets à caractère national)  et 47 023 404 479 FCFA (projets à caractère régional).

 

3.2    Communication, information, dialogue et échanges sur la migration

Sur la période, les principales activités ont porté sur :

  • Suivi des recommandations du sommet de la Valette (Malte) sur la migration,  et à plusieurs rencontres de suivi de la mise en œuvre du plan d’actions issu dudit Sommet ;
  • Préparation et participation aux espaces de dialogue sur la migration (Processus de Rabat et de Khartoum, plusieurs Conférences de l’Union Africaine, des Nations Unies, de l’Organisation Internationale sur les Migrations, CEDEAO, Union Européenne, etc.) et autres rencontres spécialement dédiées (Ghana, New-York, France, Suisse, Turquie, Tanzanie, Egypte, etc.).
  • Celebration de la journée  Internationale des Migrants le 18 décembre 2017;

Organisation et tenue de la concertation nationale sur les question migratoires à Bamako du 15 au 17 juin 2017;

  • Publication de la revue trimestrielle du département

 

3.3    Campagne d’information et de sensibilisation sur les risques liées à la migration   irrégulière

 

Le département a apporté une innovation dans  la mise en œuvre de la campagne de sensibilisation sur les risques de la migration irrégulière, qui a consisté à sortir du cycle de campagne ponctuelle à une campagne permanente continuelle et de proximité.

Les activités de cette campagne se sont déroulées essentiellement dans le pays profond, c’est-à-dire dans les zones de départ des migrants potentiels. Cette campagne en plus de la sensibilisation sur les risques de la migration irrégulière, a permis d’identifier les opportunités d’investissement et de création d’emplois pour les jeunes qui sont candidats potentiels à la migration irrégulière. Certaines de ces opportunités ont bénéficié de l’appui du Gouvernement et de ses partenaires dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique Nationale de Migration (PONAM). Dans ce cadre, les missions du département se sont rendues, respectivement  dans les zones de départ des migrants à savoir les régions de Koulikoro, Sikasso, Mopti et Kayes.

 

3.4  Appui au renforcement des capacités dans le cadre du Programme « TOKTEN »

L’appui au renforcement des capacités des structures au Mali est effectué à travers des missions ponctuelles des compatriotes expatriés auprès des universités, centres de santé et institutions de micro finance. Ces missions réalisées par le projet TOKTEN ont concerné des domaines assez pointus dans lesquels des déficits persistent au sein de l’expertise nationale. Ainsi, pour la période sous revue, 91 nouveaux candidats potentiels ont été enregistrés dans la base des données des consultants TOKTEN et sont répartis entre les secteurs suscités. Ainsi, la base de données des experts nationaux expatriés est passée de 466 au 31 décembre 2012 à 557 au 31 décembre 2016. Ces 91 nouveaux consultants se partissent par secteur comme suit : Education (52), Santé (12), Agriculture (02) et PME/PMI (25). Elles se rapportent à la formation universitaire, la recherche scientifique et technologique et le renforcement des capacités des structures techniques (PME/PMI et services de santé et de l’agriculture. Durant la période, 29 nouvelles structures ont été enregistrées dans la base de données des structures bénéficiaires qui est passée 140 au 31 décembre 2012 à 169 au 31 décembre 2016. Ces 29 nouvelles structures se partissent par secteur comme suit : Education (19), Santé (03), Agriculture (01), PME/PMI (03) et autres secteurs et administrations (03). Du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2016, le projet TOKTEN a réalisé un total de 200 missions qui missions ont contribué au renforcement des capacités de 10 248 personnes dans les secteurs d’intervention du projet. Elles sont reparties par secteur comme suit : Secteur Education : 154 missions d’appui ayant permis de former 9 025 personnes ; Secteur PME/PMI : 11 missions qui ont permis de former 302 personnes ; Secteur Santé : 12 mission ayant permis de former 144 personnes ; Secteur Agriculture : 10 missions qui ont permis de former 305 personnes; Autres structures et administrations : 13 missions qui ont permis de former 472 personnes.

 

3.5    Dans le domaine de l’Intégration Africaine :

  • Montée des couleurs le 25 mai 2017 à la Tours de l’Afrique ;
  • Célébration de la Panafricaine des femmes du 30 au 31 juillet 2017 à Kayes sous le t-hème « Genre et Migration ».

4       Activités en perspectives 2018  

Les activités en perspective pour le département sont :

4.1    Dans le domaine de la promotion des intérêts  et la protection des  maliens de l’extérieur

  • Poursuite de la mise en œuvre de la PONAM et de son évaluation à mi-parcours à travers l’exécution des différents projets portant sur la migration  financés par les ressources du budget national ainsi que de l’Union Européenne en faveur de notre pays;
  • Poursuite des travaux de construction de la maison des maliens de l’extérieur et des activités du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur ;
    •       Renforcement de actions de protection, d’assistance et d’insertion et de réinsertion aux maliens de l’extérieur;

.     Suivi du ravitaillement des maliens de l’extérieur en documents de voyage;

  • ·        Poursuite des opérations d’enrôlement des maliens de l’extérieur ;
  • ·        Participation aux grandes commissions mixtes de coopération et aux dialogues internationaux sur la migration.

4.2    Dans le domaine de la Migration

  • opérationnalisation des Antennes d’accueil, d’information et d’orientation des maliens de l’extérieur ;
  • suivi de la mise en œuvre de la Politique Nationale de Migration ;
  •  suivi des activités de restructuration du CIGEM et de redynamisation du HCME ;
  • élaboration du projet de création du Centre Africain de Recherche et d’Etudes sur les Migrations ;
  • ·        poursuite des campagnes de sensibilisation sur les risques liés à la migration irrégulière ;
  • ·        poursuite des études sur le phénomène migratoire et ses effets collatéraux et suivi de la gestion de la base de données sur la migration ;
  • suivi des activités du programme « TOKTEN » et la consolidation des acquis du « TOKTEN » dans la mise en œuvre du nouveau projet pour la phase transitoire (2017-2019) qui est inscrit au Programme Triennal d’Investissement pour 510 millions FCFA en raison de 170 millions FCFA par an ;
  • réalisation de l’étude sur le développement démographique de la diaspora malienne (1ère, 2ème génération).

4.3. Dans le domaine de l’Intégration Africaine :

  • Organisation de la semaine de l’Intégration Africaine

Informations supplémentaires