Réalisations du Ministère des Maliens de l’Extérieur en lien avec le projet de société du Président de la République : « Le Mali d’abord ».

La Communauté malienne vivant à l’étranger, est estimée à plus de quatre de millions de personnes, dont 3,5 millions en Afrique et le reste reparti entre l’Europe, l’Asie et les Amériques.

 

En plus de l’importance,  la diaspora malienne,  se caractérise par la  nature de ses relations avec le pays d’origine.

Point n’est besoin de rappeler l’importance capitale que joue notre diaspora dans le processus de développement de notre pays.  Il est de notoriété que l’un de ses traits marquants est son fort attachement au pays. Les transferts de fonds de notre diaspora malgré la crise économique dans certains pays d’accueil  et l’instabilité politique dans d’autres sont en forte augmentation d’année en années. A titre illustratif,  en 2016, la diaspora malienne a transféré 483,3 milliards de franc CFA soit 737 millions d’euros par les services financiers formels et il est prévu une projection de 497,7 milliards pour 2017 soit 759 millions d’euros (Source BCEAO). C’est une manne financière très importante pour notre pays.  Ces montants transférés constituent la principale source de revenus pour plusieurs ménages dans notre pays.

 

A cette manne financière qui sert pour l’essentiel à l’entretien des familles, à la mise en place d’infrastructures de base dans les localités d’origine et dans une moindre mesure à l’investissement productif ;  il faut ajouter l’intervention de la diaspora intellectuelle dans le processus du développement de notre pays.

Cependant, il est important aujourd’hui de souligner que la migration est également un défis majeur pour le Mali au regard de nombreux drames liés à la migration irrégulière. En 2015, les services du Ministères des Maliens de l’Extérieur  ont enregistré  trois cents soixante seize (376) cas de jeunes maliens morts noyés dans la Méditerranée. Ces statistiques ne prennent pas en compte les nombreux cas de disparus dans le désert et le Sahara.

 

La gestion de la migration est une priorité pour les Hautes Autorités de notre pays. Conscient des opportunités et des défis dans le champ de la migration, le Gouvernement de la République du Mali a conçu et adopté en conseil des ministres le 03 septembre 2014 la Politique Nationale de migration (PONAM) et son ambitieux plan d’actions de 120 milliards de francs CFA pour la période 2015-2019.

 

La Politique Nationale de Migration est structurée en huit axes stratégiques et  vise une meilleure protection des Maliens de l’Extérieur, une réduction des drames liés aux flux de migration irrégulière, une mobilisation de la diaspora,  au renforcement des capacités des organisations de la société civile, une meilleure connaissance des dynamiques migratoires et tendances de l’immigration au Mali. Elle offre le meilleur cadre de partenariat et de coopération en matière de migration et développement et singulièrement la promotion des fonds des migrants.

 

L’objectif global  de la Politique Nationale de Migration (PONAM) est de  mieux gérer la migration afin qu’elle contribue à la réduction de la pauvreté et au développement durable du pays d’une part et d’autre part réduire les aspects négatifs liés à la migration.

 

 

Le  projet de société du Président de la République accorde une place importante aux Maliens de la diaspora notamment leur protection, la sécurisation et la promotion de leurs biens.

 

Ainsi dans la mise en œuvre de ce projet présidentiel de nombreuses actions ont été réalisées par le Ministère des Maliens de l’Extérieur dont la vocation essentielle est d’assurer la protection et la défense des Maliens de l’Extérieur.  

 

A la lumières des objectifs du projet de société du Président de la République,  on peut constater ainsi :

 

 

1-Protection des Maliens de l’Extérieur :

 

La protection des Maliens de l’Extérieur a été au cœur des actions menées par le département ces trois dernières années.  Suite à l’instabilité dans certains pays et la politique de migration restrictive dans d’autres, de nombreux compatriotes de la diaspora malienne ont été appuyés par l’Etat pour le retour au bercail. Il s’agit des compatriotes qui vivaient en situation de détresse dans les pays d’accueil notamment en République Centrafricaine, en Libye  d’une part  et d’autre part l’appui aux expulsés en provenance de certains pays de l’Afrique Centrale, Australe, du Maghreb, de l’Arabie Saoudite et d’autres. Au total  près de 8000 maliens ont bénéficié de l’assistance de l’Etat ces quatres dernières années. Cet appui de l’Etat a porté sur l’aide au transport terrestre et  aérien des compatriotes.

 

Parallèlement à cette assistance, l’Etat a apporté sa protection aux maliens victimes d’incendie dans les marchés en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Les pêcheurs maliens victimes de déguerpissement au Sénégal ont également bénéficié d’un accompagnement du Gouvernement.  

Le Ministère des Maliens de l’Extérieur a été aussi aux côtés de nos compatriotes quelques soient leur situation. Ainsi des missions d’assistance juridique ont été également effectuées dans certains pays auprès des compatriotes  retenus dans les centres de detention.  

La gestion des cas sociaux comme les rapatriements des corps  de certains compatriotes ont été aussi importants.

 

 

2- Organisation des campagnes de sensibilisation sur la migration irrégulière :

Compte tenu des multiples drames liés aux migrations irrégulières et le lourd bilan que le Mali a connu,  la campagne de sensibilisation est devenue une activité de premier rang pour le département des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine.

Plusieurs missions de campagnes de sensibilisation ont été effectuées par les cadres du Ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Integration Africaine dans les  Cercles de Bafoulabé, Yelimané, Nioro, Kénièba, Kita, Kayes, Diéma, Koulikoro, Sikasso, Mopti et Bamako.  Aussi, de nombreux villages ont été couverts par ces missions. Les missions de sensibilisation s’accompagnent aussi de l’identification des secteurs d’investissement avec les populations à la base. L’idée est d’échanger avec l’ensemble des composantes de la population sur les opportunités locales que l’Etat et ses partenaires pourront appuyer pour créer des emplois et des revenus pour les jeunes. La radio, la télévision nationale et les médias locaux ont joué un rôle important dans la couverture médiatique  de ces missions.

 

 

3-Amélioration de la gestion des Maliens de l’Extérieur

  • Signature  le 14 septembre 2015 de la Convention partenariat entre le Ministère des Maliens de l’Extérieur et la Banque Internationale pour le Mali (BIM-SA) dans le cadre de la baisse des coûts des transferts de fonds. Des missions  d’information et  de sensibilisation ont eu lieu auprès des Maliens de l’Extérieur en France, Angola, Cote d’Ivoire, Chine, Guinée Equatoriale et Gabon dans le cadre de la mise en œuvre de cette Convention ;
  • Signature et ratification de la Convention de libre circulation entre le Mali et le Cameroun, avec la modification du Traité de 1964 ;
  • Lancement en octobre 2015 de l’étude de faisabilité  pour création de la Banque des Maliens de l’Extérieur,
  • Démarrage de travaux de construction de la Maison  des Maliens de l’Extérieur et la réception provisoire du bâtiment en juillet 2017;
  • Lacement des offres « BDM-DIASPORA » ;
  • Appui à la recherche de parcelles à usage d’habitation pour la diaspora ;
  • Appui à la réalisation de la cité des maliens des Etats Unis d’Amérique.
  •  Les nouveaux textes de la  Délégation Générale  des Maliens de l’Extérieur. Ils  permettront la création d’un Centre de Documentation et d’Informatique,  d’un Département de l’Accueil, de l’Information et de l’Orientation, des Maliens de l’Extérieur. Pour apporter plus d’assistance aux Maliens de l’Extérieur et dans le souci de mieux maitriser les statistiques migratoires, quatorze (14) antennes seront bientôt ouvertes aux postes frontaliers, à certaines gares routières, ferroviaires et aéroports du Mali.

4-  Réinsertion des Maliens de l’Extérieur

Sur la période, les principales activités ont porté sur : Sur la période, les principales activités ont porté sur  264 projets pour un montant total de 901 304 460 FCFA reparti comme suit:

  • Formation et équipements en kits de 100 femmes rapatriées de la Centrafrique ;
  • ·     Mission conjointe avec l’OFII sur la sélection des projets portés par des migrants de retour de la France et leur suivi-évaluation. Au total 128 projets ont été financés pour un montant de 300 601 889 FCFA ;
  • ·     9 projets financés par la Cellule Technique du Codéveloppement pour un montant de 410 702 571 FCFA
  • 127 projets d’insertion et réinsertion dans le circuit de production financés sur le budget spécial d’investissement (B.S.I.) au profit des migrants de retour (formation et équipements en kits des femmes et jeunes) pour un montant de 190 000 000 FCFA.  

La mise en œuvre de ces projets a permis la création de près de 800 emplois.

 

 

5-Approvisionnement des Ambassades et Consulats en pièces consulaires

La mise à disposition de passeports et de cartes d’identité consulaire aux maliens de l’extérieur contribue d’une part à leur protection et quiétude et d’autre part à l’instauration d’un climat social apaisé dans leurs lieux de résidence. En 2016, les demandes de passeports reçues étaient de 8515. Les passeports établis ont été de 19 120. Quant aux cartes d’identité consulaires, les demandes reçues sont de 181 708 contre 73 200 CIC transmises. Les demandes de documents n’ont pas été traitées dans les délais prévisionnels, ce retard s’explique par  de la rupture de stocks  des documents de voyage (Passeports et Cartes d’Identité Consulaires), le basculement vers la biométrie et la lenteur dans l’acheminement.

 

6-Acquisition de logements sociaux :

Sur les  1 556 logements attribués par l’Etat en 2015, les Maliens de l’Extérieur ont bénéficié  de trois cents sept logements (307); ce qui représente  14.81% des logements attribués. La part attribuée aux Maliens de l’Extérieur en 2015 dépasse  de loin celle  des années précédentes qui se situaient entre 10 à 12 % des  premiers programmes. De nombreux efforts du Gouvernement sont en cours en vu d’améliorer davantage l’accès des Maliens de l’Extérieur aux logements.

7-Les grandes rencontres :

La valorisation  des engagements de la diaspora  a connu un véritable renforcement  de la part de l’Etat et de ses partenaires ces dernières années.

 

-        L’organisation de la 6e conférence du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur qui a réunis les délégués de plus cinquante (50)  pays à Bamako.  La cérémonie d’ouverture  de cette rencontre a été présidée par le Premier ministre en présence  des membres du Gouvernement. 

-        Les assises de la jeunesse malienne de la diaspora du 08 au 10 décembre 2015. La  ville de Ségou a accueilli les assises de la jeunesse  malienne  de la diaspora et  ont réuni pendant trois jours trois  cent (300) délégués venus de vingt pays (20). La cérémonie d’ouverture a été présidée par S.E Monsieur Elhadji Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’Etat.

 

-        Le premier forum de la diaspora féminine  a eu lieu du 28 au 30 juillet 2016 et a regroupé les représentantes de la diaspora féminine de vingt quatre pays, les organisations féminines au niveau national et les associations des migrants de retour.

 

-        L’organisation des journées de concertions sur les questions migratoires, les 15, 16 et 17 juin 2017, à l’hôtel Radisson Blue de Bamako. Avec plus de 300 participants, cette grande rencontre a réuni tous les acteurs concernés par la migration.  Il s’agit des institutions de la République, des organisations de la société civile, les autorités administratives, les PTF, des élus locaux, les chefs coutumiers, des associations de migrants, des experts, des Missions Diplomatiques et Consulaires, les représentants de la diaspora, des communicateurs traditionnels et la presse.

 

 

8-Le programme TOKTEN :

Missions d’appui réalisées par les nationaux expatriés

L’appui au renforcement des capacités des structures au Mali est effectué à travers des missions ponctuelles des compatriotes expatriés auprès des universités, centres de santé et institutions de micro finance. Ces missions réalisées par le projet TOKTEN ont concerné des domaines assez pointus dans lesquels des déficits persistent au sein de l’expertise nationale. Ainsi, pour la période sous revue, 91 nouveaux candidats potentiels ont été enregistrés dans la base des données des consultants TOKTEN et sont répartis entre les secteurs suscités. Ainsi, la base de données des experts nationaux expatriés est passée de 466 au 31 décembre 2012 à 557 au 31 décembre 2016. Ces 91 nouveaux consultants se partissent par secteur comme suit : Education (52), Santé (12), Agriculture (02) et PME/PMI (25). Elles se rapportent à la formation universitaire, la recherche scientifique et technologique et le renforcement des capacités des structures techniques (PME/PMI et services de santé et de l’agriculture. Durant la période, 29 nouvelles structures ont été enregistrées dans la base de données des structures bénéficiaires qui est passée 140 au 31 décembre 2012 à 169 au 31 décembre 2016. Ces 29 nouvelles structures se partissent par secteur comme suit : Education (19), Santé (03), Agriculture (01), PME/PMI (03) et autres secteurs et administrations (03). Du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2016, le projet TOKTEN a réalisé un total de 200 missions qui missions ont contribué au renforcement des capacités de 10 248 personnes dans les secteurs d’intervention du projet. Elles sont reparties par secteur comme suit : Secteur Education : 154 missions d’appui ayant permis de former 9 025 personnes ; Secteur PME/PMI : 11 missions qui ont permis de former 302 personnes ; Secteur Santé : 12 mission ayant permis de former 144 personnes ; Secteur Agriculture : 10 missions qui ont permis de former 305 personnes; Autres structures et administrations : 13 missions qui ont permis de former 472 personnes.

 

9-Renforcer les capacités des organisations de migrants et la société civile travaillant sur la migration

Dans le cadre de renforcement des capacités des cadres et agents en charge de la migration, depuis l’adoption de la PONAM trois formations ont été organisées :

-        Formation des cadres, agents et acteurs de la société civile en charge des questions migratoires sur l’élaboration de TDR, appel à communication et montage de projets. (19  23 mars 2015) ;

-        Atelier de formation des cadres, agents et acteurs de la société civile du 15/10/2014 sur le droit du travail ;

-        Formation des cadres en charge des questions migratoires en anglais appliquée à la PONAM du 02 au 05   septembre 2015.

10- Promotion du  Genre et migration :

-        L’organisation de  Journée internationale de la femme le 08 mars 2015.  Cette Journée, a été l’occasion pour le département des Maliens de l’Extérieur de sensibiliser les femmes sur les risques de la migration irrégulière ;

-        La Journée de la femme africaine, édition 2015, a été également célébrée par le département sur la thématique «  les conséquences du mariage précoce », à Nioro du Sahel en partenariat avec le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

-        L’organisation de la Journée Panafricaine des Femmes, en collaboration avec le Ministere de la promotion de la femme. L’édition 2017 a eu lieu à Kayes, elle avait comme thème africain : « organisation panafricaine des femmes, Institution spécialisée de l’Union Africaine, vision et mission »; et comme thème national : « Genre et Migration : comment la femme peut-elle contribuer à réduire le phénomène de la migration irrégulière ? »

 

11- Stratégie d’information et de communication à l’endroit des Maliens de l’Extérieur :

Le Ministère des Maliens de l’Extérieur dispose un site web (www.maliens-exterieur.gouv.ml), qui est outil indispensable au maintien des  liens étroits avec la diaspora et d’échanges sur toutes les questions.

Le département nourrit une grande ambition, celle de relever le défi d’informer nos compatriotes de l’étranger en temps réel sur les activités que nous menons, de même que sur toutes les opportunités d’affaires au Mali, mais aussi de recueillir leurs réactions, leurs suggestions et toutes leurs remarques sur notre façon de faire en vue d’une meilleure réussite de notre mission.

Le Ministère a également une page face book (malidiaspora) ; une adresse email (E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ); une page Twitter (@malidiaspora) ; une page Youtube (Ministère des Maliens de l’Extérieur).

Ces trois dernières années de nombreuses études ont eu lieu sur la question migratoire :

-         Guide d’utilisation des données migratoire au Mali :

Avec l’appui des partenaires européens, le Guide d’utilisation des données  migratoires a été réalisé. En plus d’être un répertoire des services intervenant dans le champ de la migration au Mali, ce document est un outil précis qui permet non seulement de comprendre les acteurs impliqués dans la gestion de la migration mais également leurs atouts et faiblesses.

-        Relecture du Guide des Maliens de l’Extérieur : 

Le premier Guide des Maliens de l’Extérieur a été élaboré en 1996 par le Ministère des Affaires Etrangères et des Maliens de l’Extérieur. Compte tenu des évolutions  importantes intervenues dans la gestion institutionnelle de notre diaspora, sa relecture est apparue nécessaire pour s’adapter aux réalités actuelles. Le guide des Maliens de l’Extérieur est un outil d’information, d’orientation et de renseignement des Maliens de l’Extérieur, des migrants potentiels et bien d’autres groupes cibles, sur leur projet migratoire (les conditions de départ, de séjour-emploi et de retour), sur le Mali.

-        Etude de faisabilité du recensement général des Maliens de l’Extérieur :

La question du nombre exact des maliens de l’extérieur, s’est toujours posée. C’est ainsi dans la perspective d’un recensement  général des Maliens de l’Extérieur  qu’à eu lieu courant 2015 cette étude.

 

12- Dans le domaine de l’Intégration Africaine :

  • Montée des couleurs le 25 mai 2017 à la Tours de l’Afrique ;
  • Célébration de la Panafricaine des femmes du 30 au 31 juillet 2017 à Kayes sous le t-hème « Genre et Migration ».

 

Informations supplémentaires