Quelles réponses communes face aux défis actuels de la migration ?

Après la cérémonie d’ouverture de la 19ème édition du Forum de Bamako, le Ministre Yaya Sangaré et son homologue du Burkina Faso, Monsieur Paul Robert Tiendrébéogo, Ministre de l’Intégration Africaine et des Burkinabè de l’Extérieur en compagnie de deux autres panelistes ont tenté de répondre à cette question posée plus haut dans un panel de haut.
A l’entame de ses propos, le Ministre Sangaré a salué les initiateurs pour l’organisation de ce forum sur la migration et a remercié le Ministre Tiendrébéogo pour avoir accepté son invitation. Il a poursuivi son intervention en parlant de la nécessité de collaboration entre les différents pays africains en vue de trouver des solutions communes aux causes profondes de la migration. Il a en ensuite souligné la nécessité pour les Etats de la sous-région de renforcer la coopération en matière de lutte contre les réseaux de passeurs qui sont transnationaux.
Le Ministre Sangaré a rappelé l’importance de la planification des actions dans le domaine de la migration, et surtout l’intérêt de s’appuyer sur nos propres outils et strategies d’où la création du Centre Africain d’Etudes et de Recherche sur les Migrations (CAREM) qui sera basé à Bamako. Le processus d’opérationnalisation dudit Centre a démarré avec la signature de l’accord de siège entre le Gouvernement du Mali et la Commission de l’Union africaine, le 11 février 2019 à Addis-Abeba en marge des travaux du sommet de l’U.A. Ce Centre est un dispositif africain de veille des flux migratoires pouvant contribuer à l’amélioration de l’état des connaissances sur la migration au niveau continental.

Communiqué de Presse:MMEIA Situation de nos compatriotes en Algérie et en Libye

Le Ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, en collaboration avec le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, suit avec intérêt la situation de nos ressortissants en Algérie et en Libye.
S’agissant de l’Algérie, le Ministère rassure nos compatriotes que des démarches politiques et diplomatiques sont en cours auprès de la partie algérienne, notamment des consultations bilatérales afin d’aboutir à un règlement définitif de la crise.
A ce jour, quatre-vingt-trois (83) maliens dénombrés, le 08 octobre 2017, dans le Centre d’Agadez de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) ont été acheminés à Bamako.
Aussi, cent trente-huit (138) maliens en provenance d’Algérie convoyés par deux bus affrétés par le Gouvernement sont attendus à Bamako.
En ce qui concerne la Libye, cent soixante-trois (163) des deux cent quarante-sept (247) de nos ressortissants libérés dans des maisons d’arrêt sur le territoire libyen sont arrivés à Bamako, le 20 octobre 2017, par un vol humanitaire affrété en collaboration avec l’OIM. Avec notre partenaire du système des nations unies, un autre vol est programmé, le 07 novembre 2017, pour le rapatriement de cent quatre-vingt (180) de nos compatriotes en détresse en Libye.
Le Ministère continuera à prendre les dispositions utiles d’assistance et de protection de tous nos compatriotes en détresse.
Le Ministère s’engage à informer l’opinion nationale de l’évolution de la situation.

Dr Abdramane SYLLA à la conférence ministérielle du MIDWA à Accra au Ghana du 12 au 15 septembre

Actualités Dans le cadre du dialogue sous-régional sur la migration, le Dr Abdramane SYLLA, ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, participe à la conférence ministérielle du MIDWA

à Accra au Ghana du 12 au 15 septembre 2017. Le MIDWA est un cadre de dialogue sur les migrations pour l’Afrique de l’Ouest qui a été inauguré par la CEDEAO en décembre 2000 avec le soutien de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Gouvernement suisse. A partir de 2012, le MIDWA a été spécifiquement conçu pour encourager les États membres de la CEDEAO à discuter des enjeux et des préoccupations communs en matière de migration dans un contexte régional en proposant des solutions immédiates.

Le Mali siège au comité de pilotage dans ce processus de dialogue, compte tenu de son rôle important dans le contexte africain des migrations. Le Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine a eu l’occasion au cours de cette rencontre d’exposer les grandes lignes de la politique nationale de migration de notre pays et a mis en lumière les actions réalisées par le Mali dans le domaine de la migration.

Ainsi la réunion ministérielle d’Accra a été sanctionnée par la validation des recommandations des travaux d’experts sur différentes thématiques de la migration qui constitue un défis commun aux Etats membres de la CEDEAO. La conférence ministérielle a en outre appelé les Etats membres de la CEDEAO a accéléré le processus d’intégration par le déploiement de la carte d’identité CEDEAO et par la suppression des titres de séjour pour les ressortissants dans les différents pays. Elle a insisté sur la nécessité de la mise en œuvre des recommandations et la mise en place de cadres nationaux de suivi des actions réalisées ou en cours dans le domaine de la migration dans les Etats membres.

La conférence ministérielle a enregistré la participation des experts, des hautes personnalités des 13 pays de la CEDEAO, des représentants des partenaires comme l’OIM, l’Union européenne, le Bureau International de Travail (BIT) et la représentation des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et du Sahel.

En fin, il faut souligner que les objectifs du Dialogue sur les migrations pour l’Afrique de l’Ouest (MIDWA) sont entres autres de :

– renforcer les capacités des États membres de la CEDEAO et d’autres parties prenantes à comprendre le potentiel de la migration régulière dans le processus d’intégration ainsi que le développement régional et continental;

– favoriser une compréhension commune par les décideurs, les hauts fonctionnaires et les intervenants concernés des dimensions, des tendances et des impacts de la migration dans la sous-région de la CEDEAO;

– promouvoir la conceptualisation de politiques migratoires plus cohérentes, factuelles et globales aux niveaux national et régional;

– promouvoir les impacts positifs de projets et d’initiatives concrètement réalisables, assurant des résultats tangibles au dialogue;

– favoriser un dialogue interétatique mutuellement avantageux et une coopération intra-régionale en matière de libre circulation des personnes et de migration aux niveaux national, régional et international;

– identifier certaines des difficultés juridiques, administratives et techniques qui entravent la mise en œuvre harmonieuse des protocoles de la CEDEAO sur la libre circulation des personnes et de proposer des solutions.

Mali : des Maliens de retour de Libye décrivent des conditions de vie très dures

Au Mali, près de 150 ressortissants maliens, dont une trentaine d’enfants et 17 femmes, sont arrivés samedi 26 mars à Bamako, par vol spécial, en provenance de la Libye. Aventuriers, certains y ont été accusés « à tort », disent-ils, par des hommes armés, d’être des terroristes. D’autres ont tout perdu. RFI a recueilli leurs témoignages.

Parmi les 146 rapatriés, se trouvent des candidats à l’immigration clandestine vers l’Europe, mais surtout des travailleurs sur place. Tous décrivent des conditions de vie difficiles, comme cette mère de famille de retour.

« Là-bas, nous sommes en prison. On ne peut pas sortir, on ne peut pas se promener, on ne peut même pas aller à la boutique d’à côté. Sils te trouvent, ils t’attrapent. Juste comme ça, parce que nous sommes noirs. Ils ne les aiment pas », dit-elle.

Des Arabes et des Touarègues maliens, de retour, affirment aussi avoir subi des traitements physiques et dégradants. Certains à cause de leur origine ont même été accusés d’être des terroristes.

« C’était difficile. Nous étions à 200 kilomètres de Tripoli. Celui qui était pris et qui n’avait pas de papiers, était considéré comme un terroriste de Daech. On le prenait et on le gardait », dénonce ce Malien.

Selon les rapatriés, de nombreux autres Maliens, résidant en Libye, souhaitent revenir rapidement au pays. Certains sont en prison et d’autres se cachent, de peur d’être arrêtés.

Message du Ministre dans le cadre de la fête d’indépendance

Chers compatriotes de la diaspora

A l’occasion du 58e anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale, il me plait, pour renouer avec la tradition, au nom du Président de la République, du Gouvernement et au mien propre, de vous souhaiter une bonne et joyeuse fête d’indépendance.

Je saisi cette heureuse circonstance pour réitérer à l’ensemble de la diaspora malienne, ma disponibilité totale et entière pour des actions allant dans le sens de sa protection, l’assistance et de sa promotion pour le développement du Mali.

Chers compatriotes, 2018 fut une année décisive pour le Mali. Une année marquée par l’organisation d’élections présidentielles transparentes, inclusives et crédibles. Pour la première fois, notre pays a pris ses responsabilités en finançant sur le budget national la totalité de l’organisation de ces élections, ce qui prouve la vitalité de notre économie et l’attachement de nos plus hautes autorités à la dignité et à l’honneur des maliennes et des Maliens.

En ce moment, notre cher pays est en train de sortir de l’une des plus graves crises de son histoire, grâce aux efforts de tous et de chacun. La célébration de ce 58è anniversaire de notre indépendance offre aux maliennes et aux maliens de se surpasser pour que le Mali puisse retrouver ses lustres d’antan.

Chers compatriotes

En dignes fils du Mali, je suis convaincu que vous garderez la tête haute et le regard fier d’être nos portes étendards dans les pays où vous vivez.

Aussi je vous invite à vous incliner et à prier pour saluer la mémoire de tous ceux qui se sont sacrifiés, notamment nos pères de l’indépendance pour que ce jour soit et que le Mali vive.

Pour ce nouveau quinquennat, le projet de société du Président de la République accorde une place importante aux Maliens de la diaspora notamment en matière de protection, de sécurisation et de promotion de leurs biens.

C’est pourquoi nos pensées se tournent vers vous en ces instants précis, même si vous êtes loin du Mali, la diaspora est un des atouts majeurs de notre pays, à travers le soutien qu’elle apporte à de nombreuses familles et aux processus du développement local.

Au nom de mon département et de tous mes collaborateurs, je souhaite mes meilleurs vœux de bonheur, de paix, de prospérité et de longévité pour un Mali indépendant, plus solidaire, plus prospère et émergent.

Que Dieu bénisse notre pays et fasse que notre Maliba soit un endroit de bonheur pour tous les maliens d’aujourd’hui et ceux des générations futures.

Le Mali est notre Eldorado

 

Chers compatriotes de la diaspora

Chers compatriotes de la diaspora

A l’occasion du 58e anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale, il me plait, pour renouer avec la tradition, au nom du Président de la République, du Gouvernement et au mien propre, de vous souhaiter une bonne et joyeuse fête d’indépendance.

Je saisi cette heureuse circonstance pour réitérer à l’ensemble de la diaspora malienne, ma disponibilité totale et entière pour des actions allant dans le sens de sa protection, l’assistance et de sa promotion pour le développement du Mali.

Chers compatriotes, 2018 fut une année décisive pour le Mali. Une année marquée par l’organisation d’élections présidentielles transparentes, inclusives et crédibles. Pour la première fois, notre pays a pris ses responsabilités en finançant sur le budget national la totalité de l’organisation de ces élections, ce qui prouve la vitalité de notre économie et l’attachement de nos plus hautes autorités à la dignité et à l’honneur des maliennes et des Maliens.

En ce moment, notre cher pays est en train de sortir de l’une des plus graves crises de son histoire, grâce aux efforts de tous et de chacun. La célébration de ce 58è anniversaire de notre indépendance offre aux maliennes et aux maliens de se surpasser pour que le Mali puisse retrouver ses lustres d’antan.

Chers compatriotes

En dignes fils du Mali, je suis convaincu que vous garderez la tête haute et le regard fier d’être nos portes étendards dans les pays où vous vivez.

Aussi je vous invite à vous incliner et à prier pour saluer la mémoire de tous ceux qui se sont sacrifiés, notamment nos pères de l’indépendance pour que ce jour soit et que le Mali vive.

Pour ce nouveau quinquennat, le projet de société du Président de la République accorde une place importante aux Maliens de la diaspora notamment en matière de protection, de sécurisation et de promotion de leurs biens.

C’est pourquoi nos pensées se tournent vers vous en ces instants précis, même si vous êtes loin du Mali, la diaspora est un des atouts majeurs de notre pays, à travers le soutien qu’elle apporte à de nombreuses familles et aux processus du développement local.

Au nom de mon département et de tous mes collaborateurs, je souhaite mes meilleurs vœux de bonheur, de paix, de prospérité et de longévité pour un Mali indépendant, plus solidaire, plus prospère et émergent.

Que Dieu bénisse notre pays et fasse que notre Maliba soit un endroit de bonheur pour tous les maliens d’aujourd’hui et ceux des générations futures.

Le Mali est notre Eldorado

Je vous remercie

 

Le Ministre Yaya SANGARE, à reçu ce jeudi en audience le héros du supermarché casher Lassana Bathily.

Notre compatriote Lassana Bathily e a été chaleureusement reçu ce jeudi 18 octobre 2018, par Monsieur Yaya SANGARE, Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine. Pour la circonstance M. Bathily était accompagné par une délégation composé des membres de l’Association culturelle Soniké.

Au dire du Président de l’association culturelle soniké Hamey Cissé, il compte décorer Monsieur Bathily pour son acte de bravoure qui fait honorer tout le Mali.
Au cours de cette rencontre plusieurs autres questions ont été abordées notamment la nécessité pour cette association d’accompagné l’Etat dans ses actions de sensibilisations sur l’importance de nos valeurs culturels.
L’occasion était aussi bonne pour le Ministre SANGARE de saluer le comportement exemplaire de notre compatriote Bathily, qui, lors d’une attaque terroriste en France, au cours de laquelle ce jeune malien a sauvé plusieurs vies.
Lassana Bathily est actuellement en séjour au Pays, dans le cadre du tournage d’un film dans son village sur sa personnalité en tant que soniké et non le héros que tout le monde connait.
Notons que l’association culturelle est l’initiatrice du Festival international soniké (FISO).

Communiqué MMEIA : La Diaspora intellectuelle est à l’honneur Le Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, est heureux d’informer l’opinion nationale et internationale, de la Distinction honorifique de notre compatriote, le Pr Diola BAGAYOKO, consultant du programme TOKTEN.

Communiqué MMEIA : La Diaspora intellectuelle est à l’honneur

Le Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, est heureux d’informer l’opinion nationale et internationale, de la Distinction honorifique de notre compatriote, le Pr Diola BAGAYOKO, consultant du programme TOKTEN.
En effet, cet éminent professeur Malien vient d’être élu membre de la Société Américaine de Physique.
En plus de cet honneur, le Pr Diola Bagayoko a reçu une subvention pour financer des bourses en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) de la Southern University Baton Rouge. Ce financement est fourni par le Louisiana Space Consortium (La SPACE), l’un des nombreux programmes de subventions spatiales à travers les Etats Unis. Cette subvention, la neuvième consécutive à l’Académie Timbuktu, va aider au financement du projet «Science spatiale et planétaire 2018 à l’Académie de Timbuktu (2018 SPS-TA) ». Un projet qui vise à impliquer les étudiants STEM dans des activités d’éducation et de recherche liées à la NASA.
Le Pr Diola BAGAYOKO a effectué plusieurs missions dans le cadre du programme TOKTEN, dont l’objectif principal est de contribuer au renforcement des compétences intellectuelles nationales à travers les expatriées maliens, en mesure de contribuer au développement économique et social du pays.
Le Ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine remercie, l’American Physical Society (APS) pour le choix et la confiance qu’elle a bien voulu placer à notre compatriote Diola BAGAYOKO
Il félicite le Pr. BAGAYOGO pour ce nouveau poste et lui souhaite le meilleur dans cette nouvelle étape de sa vie professionnelle.

Passation de service au Ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine

Passation de service au Ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine:
Le Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine sortant le Dr Abdramane SYLLA a passé la main ce matin 12 septembre 2018 à M. Yaya SANGARE, le nouveau Ministre. C’était au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée en présence des membres du cabinet et des responsables des services rattachés au département.
Dans son allocution, le Ministre sortant a souhaité la bienvenue à son successeur tout en insistant sur la difficile mission de la gestion la diaspora, des questions migratoires et la promotion de l’intégration africaine.

Avant de terminer, le ministre SYLLA a remercié l’ensemble de ses collaborateurs et leur a demandé d’aider Monsieur SANGARE dans sa nouvelles tâche qui consiste à assister et protéger les maliens de l’extérieur mais aussi à promouvoir l’intégration africaine.
Le Ministre Yaya SANGARE entrant a pour sa part manifester toute sa gratitude au Chef de l’Etat SEM Ibrahim Boubacar KEITA qui lui a porté sa confiance en le nommant à la tête de ce département qui a pour vocation la protection des maliens de l’extérieur, faire face aux questions migratoires et faire la promotion de l’intégration africaine.
En fin il a remercié le Ministre SYLLA pour le travail accompli.

Message de Monsieur Yaya SANGARÉ, Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, à l’occasion du 22 Septembre 2018.

Chers compatriotes de la diaspora

A l’occasion du 58e anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale, il me plait, pour renouer avec la tradition, au nom du Président de la République, du Gouvernement et au mien propre, de vous souhaiter une bonne et joyeuse fête d’indépendance.

Je saisi cette heureuse circonstance pour réitérer à l’ensemble de la diaspora malienne, ma disponibilité totale et entière pour des actions allant dans le sens de sa protection, l’assistance et de sa promotion pour le développement du Mali.

Chers compatriotes, 2018 fut une année décisive pour le Mali. Une année marquée par l’organisation d’élections présidentielles transparentes, inclusives et crédibles. Pour la première fois, notre pays a pris ses responsabilités en finançant sur le budget national la totalité de l’organisation de ces élections, ce qui prouve la vitalité de notre économie et l’attachement de nos plus hautes autorités à la dignité et à l’honneur des maliennes et des Maliens.

En ce moment, notre cher pays est en train de sortir de l’une des plus graves crises de son histoire, grâce aux efforts de tous et de chacun. La célébration de ce 58è anniversaire de notre indépendance offre aux maliennes et aux maliens de se surpasser pour que le Mali puisse retrouver ses lustres d’antan.

Chers compatriotes

En dignes fils du Mali, je suis convaincu que vous garderez la tête haute et le regard fier d’être nos portes étendards dans les pays où vous vivez.

Aussi je vous invite à vous incliner et à prier pour saluer la mémoire de tous ceux qui se sont sacrifiés, notamment nos pères de l’indépendance pour que ce jour soit et que le Mali vive.

Pour ce nouveau quinquennat, le projet de société du Président de la République accorde une place importante aux Maliens de la diaspora notamment en matière de protection, de sécurisation et de promotion de leurs biens.

C’est pourquoi nos pensées se tournent vers vous en ces instants précis, même si vous êtes loin du Mali, la diaspora est un des atouts majeurs de notre pays, à travers le soutien qu’elle apporte à de nombreuses familles et aux processus du développement local.

Au nom de mon département et de tous mes collaborateurs, je souhaite mes meilleurs vœux de bonheur, de paix, de prospérité et de longévité pour un Mali indépendant, plus solidaire, plus prospère et émergent.

Que Dieu bénisse notre pays et fasse que notre Maliba soit un endroit de bonheur pour tous les maliens d’aujourd’hui et ceux des générations futures.

Le Mali est notre Eldorado

Je vous remercie

12

START TYPING AND PRESS ENTER TO SEARCH